Accueil
Accueil Com2art Factory
com2art Factory
Galerie Com2Art
Nos partenaires
Abonnez-vous

Ne pas manquer
Partenaires'Actus
Expos en cours
 
Reportages
Calendriers
Point de vue
Archives
Brèv'arts
Le Marché
Sélection de livres


17 février 2019
 
 
Expos en cours > Reportages

  Sept lieux, sept joies

 

7 matières à sculpter pour 7 lieux d’expositions

 

Parce que la matière est vivante, qu’elle fascine l’homme depuis des siècles qui la façonne selon son imagination, elle est le sujet de la nouvelle manifestation créée par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. 7 villes du département accueillent 400 sculptures réalisées dans 7 matériaux différents.

 

La Galerie du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, ouverte en 1995, présente les créations en verre. Ce matériau composite permet de donner naissance à un rêve qu’il soit beau ou terrible. Longtemps tenu à part dans les arts du feu, puis mis en avant dans des expositions au cours des XIXe et XXe siècle, l’art du verre disparaît au sortir de la seconde guerre mondiale avant de renaître durant les années 70 et 80 par la volonté de créateurs indépendants, très souvent autodidactes. Les pièces exposées dans la galerie reflètent cette histoire si particulière en même temps que celle des artistes comme César, Erik Dietman, Jannis Kounellis, Emily Brock.

 

La Chapelle des Pénitents Noirs d’Aubagne a choisi de mettre en valeur les œuvres en terre d’Alechinsky, Appel, Voss, Tapiés, Riopelle ou Picasso. Pétrie, travaillée, la terre permet aux artistes de renouer avec des gestes ancestraux, et bon nombre de ceux-ci ont découvert de nouveaux champs créatifs en travaillant l’argile. Se rapprochant des potiers, les créateurs ont aussi poursuivi leurs recherches plastiques en réalisant des œuvres parfois spectaculaires. Le but est ici de montrer la symbiose entre le jeu des mains, les pensées et les intentions artistiques.

 

Le Musée de l’Arles et de la Provence Antiques propose les autres matériaux et techniques mixtes via les œuvres de Pol Bury, Arman, Niki de St Phalle, Pagés. Leur questionnement étant comment faire du neuf avec de l’ancien, ils associent dans une même sculpture des objets, du plus vieux au plus neuf, du rebut aux matières courantes et donnent ainsi naissance à des œuvres parfois insolites, mais toujours nouvelles.

 

La bronze a trouvé sa place dans l’Hôtel du Département à Marseille . Matériau le plus souvent utilisé en sculpture, le bronze permet une pérennité de l’œuvre et sa multiplication via l’édition. Technique ancestrale, elle connaît son essor au XIXe siècle avec des sculpteurs comme Rodin, et aujourd’hui reste une technique expressive permettant à Botero de jouer sur les rondeurs, ou à Giacometti de travailler sur la verticalité.

 

Le Centre d’Art Présence Van Gogh de St Remy de Provence présente les bois sculptés de Baj, Pol Bury, Bamiléké ou bien encore Chaissac, Mansouroff et Le Corbusier. Sculpté lui aussi en taille directe comme la pierre, le bois est tout au long du XXe siècle travaillé pour ses propriétés dont la première est la tactilité.

 

Salon-de-Provence et son Château Musée de l’Empéri accueillent la grande innovation du XXe siècle en matière de sculpture, le fer.  Depuis les figures découpées dans des feuilles de tôles aux mélanges d’acier, d’aluminium ou d’inox, ce sont toutes les qualités plastiques comme la malléabilité, la ductilité, la fonte puis la coupe et le polissage, qui attirent les sculpteurs. L’emploi du fer permet à la sculpture de se libérer de la pesanteur et de poser des nouveaux rapports entre espace, temps et mouvement.

 

Enfin, c’est le Domaine de Fontblanche à Vitrolles qui accueille les sculptures sur pierre de Messac, Arp, César, Cardenas, Sunagawa et bien d’autres. Plus accès sur la seconde partie du XXe siècle, les œuvres présentées privilégient les créations en taille directe dans le respect du bloc d’origine.

Auteur : Bénédicte LecatDate : 17 Janvier 2004