Accueil
Accueil Com2art Factory
com2art Factory
Galerie Com2Art
Nos partenaires
Abonnez-vous

Ne pas manquer
Partenaires'Actus
Expos en cours
 
Reportages
Calendriers
Point de vue
Archives
Brèv'arts
Le Marché
Sélection de livres


17 février 2019
 
 
Expos en cours > Reportages

  Paris Marseille direct

Paris Marseille, de la Canebière à Montparnasse

 

L’exposition Paris Marseille, de la Canebière à Montparnasse a quitté le Musée du Montparnasse, ancien atelier de Marie Vassilieff pour gagner le Château Borély de Marseille. Ce sont environ 150 tableaux, dessins, photographies d’artistes et autres documents originaux provenant de collections privées et de la fondation Regards de Provence, qui sont ainsi présentés. Soient les regards croisés d’artistes du Midi et de Paris, venus chercher pour les uns la lumière et les contrastes et pour les autres, la gloire et la confrontation visuelle.

 

 

Ce mouvement démarre vers 1850, alors que l’impératrice Eugénie et la reine Victoria instaurent l’idée de villégiature dans le midi de la France. Ainsi Stéphane Mallarmé explique cette tradition nouvelle en 1874, en disant une coutume naissante et propre à nous faire renaître consiste à quitter Paris une fois, ou deux, ou trois, même dans l’hiver, pour goûter quelques heures de soleil et d’Azur. Changement de décor pour les yeux et pour l’âme, où se ranime la santé. Les artistes font de même et multiplient ainsi les échanges entre Nord et Sud.

 

De Paris à la Côte d’Azur, on voit ainsi arriver par vagues successives des artistes aux palettes embrumées, las des hivers brumeux et des étés maussades, des intellectuels mélancoliques, en quête de lumière, de contrastes. Les cités méridionales deviennent des terres de recherches picturales : Kisling est à Marseille, Soutine à Cagnes-sur-Mer, Cézanne à Aix-en-Provence, Matisse à Nice, Van Gogh à Arles, et bien d’autres encore. En parallèle, de nombreux artistes provençaux s’installent à Paris afin de se confronter à la création parisienne : fauvisme, impressionnisme, cubisme, mouvements dont la plupart des membres vivent dans le quartier Montparnasse.

 

Paysages maritimes académiques, toiles fauves et impressionnistes où se mêlent couleurs saturées et lumière, mais aussi vidéo et affiches permettent de mieux saisir ces échanges. On finit par admettre que Paris comme Marseille est un port, qu’il soit de transit, de destination ou d’ancrage. Paris n’a-t-elle pas vu arrivés les grands noms de l’art moderne tandis que Marseille les voyait partir vers de nouvelles contrées.

 

Château Borély

134 avenue Clôt Bey -13008 Marseille - 04 91 25 26 34

Jusqu’au 15 février 2004.

Auteur : Bénédicte LecatDate : 17 Janvier 2004