Accueil
Accueil Com2art Factory
com2art Factory
Galerie Com2Art
Nos partenaires
Abonnez-vous

Ne pas manquer
Partenaires'Actus
Expos en cours
Brèv'arts
Le Marché
 
Actualités
Archives
Sélection de livres


17 février 2019
 
 
Le Marché > Actualités

  Le siège
Depuis l’Antiquité le siège existe sous de nombreuses formes : chaise, fauteuil, trône en bois, en métal, en pierre, tabouret avec piétement ou sculpté dans un rondin de bois.

Il appartient au mobilier luxueux. Mais au cours des siècles, les artisans deviennent de véritables créateurs : Boulle (XVIIe siècle) ; Cressent, Oeben, Van Risen Burgh, Hache, Riesener (XVIIIe siècle) ; Werner, Bellanger (XIXe siècle). Les œuvres sont sobres, marquetées, fleuries, dorées.

Au XXe siècle, les créateurs se penchent sur le siège afin de créer le plus adapté à la vie quotidienne. Il doit être confortable, esthétique, économique et se laisser facilement oublier. La Révolution industrielle permet l'emploi de matériaux comme le métal afin de produire en série. Pour les créateurs de l’Art Déco, le siège devient un élément du décor d’où ses formes épurées et simples. Marcel Breuer propose le Fauteuil Vassili que l'on obtient à 12 000 euro pour un original, et entre 300 à 500 euro pour une réédition, Le Corbusier en partenariat avec Charlotte Perriand, créée le Fauteuil LC2 nommé aussi le fauteuil cube, dépassant les 20000 euro pour un original, mais les rééditions s'obtiennent à partir de 1 200 euro. À la même époque naissent les fauteuils-clubs, la chaise papillon, née en 1938, dont un modèle original peut se négocier entre 5 000 et 10 000 euro.

Harry Bertoia crée le fauteuil Diamond et diffuse à grande échelle, un treillis métallique en forme de diamant en tiges de fer chromées. Plus accessible, le fauteuil Diamond peut s’acquérir pour 200 à 300 euro. Il en va de même pour la chaise Tulipe inventée par Eero Saarinen en 1957, dont le piétement se doit être en plastique moulé et fibre de verre. Les années 60, voient les designers Italiens se lancer dans la conception de sièges. Gatti, Paolini et Teodoro, créent le siège Sacco, un fauteuil-sac sans formes définies, en billes de polystyrène expansé. Le fauteuil prend ainsi la forme du corps. Le modèle original de luxe s’obtient entre 25 et 90 euro. Un confrère, Piretti qui travaille sur le gain de place, va inventer la chaise Plia (chaise pliante) une fois pliée, ne mesurant plus que 4 cm.

Philippe Starck crée en 1982 pour le café parisien Costes le fauteuil qui porte son nom. Ce modèle à trois pieds est composé de tubes métalliques avec un dossier en acajou et une assise en cuir. Un fauteuil d’occasion se déniche entre 250 et 400 euro. Toujours en recherche de place, les chaises empilables se multiplient, malgré leur inconfort : la chaise Polydrop de Robin Day, la chaise empilable du Verner Panton, dont les modèles coûtent 30 et 130 euro.

Beaucoup de créateurs se sont intéressés au siège, Jean Prouvé par exemple. Pour tous les amateurs de ces fauteuils, il faut soupeser un fauteuil avec une structure métallique et observer les épaisseurs des tubes. Vérifier également le cuir des assises qui doivent être épais et confortable afin de ne pas se retrouver avec un faux.
Date : 21 Février 2003